6 6 5 4 3 2 twitter

TP EMG (3)

Sunday, December 6, 2009 5:30

Et oui comme va le montrer ce TP, on contracte plus de muscle quand on perd l’équilibre. Et voila la suite du TP. Je vous rappelle juste le but de ce TP, il s’agit d’étudier la contraction musculaire à différents stades et dans différentes conditions.

b. Graphes obtenus et analyse dans l’expérience 2

Les différents enregistrements sont: yeux ouvert( graphe 3), yeux fermés(graphe 4), position unipodale (graphe 5)

a/Yeux ouverts : on observe sur l’enregistrement l’effet antagoniste des deux muscles. C’est-à-dire une alternance de la contraction musculaire. En effet, lorsque le sujet est en appui sur la pointe des pieds on observe une activité importante seulement sur l’enregistrement correspondant au muscle extenseur, le soelus. Puis, lorsqu’il relève la pointe des pieds, on ne voit quasiment aucune variation pour le muscle extenseur  mais une activité importante sur l’enregistrement correspondant au muscle fléchisseur, le tibialis.

On observe un phénomène de bruit sur le tibialis lorsqu’il ne rentre pas en jeu dans le mouvement. Cela peut  provenir d’un effet de contamination dû aux électrodes placées trop près les unes des autres au niveau du tibialis.

Cette manipulation peut être périlleuse mais n’est pas la plus dure de ce TP:

b/Yeux fermés : on observe la même alternance entre contraction de l’extenseur et du fléchisseur.

On remarque aussi de légères variations sur le tracé de l’antagoniste. De la même façon que pour les yeux ouverts il y a un effet de contamination sur le fléchisseur. Mais l’activité est plus marquée que précédemment et elle existe aussi sur l’extenseur. On peut penser que la vision joue un rôle important dans notre équilibre. En effet nous savons que notre équilibre n’est jamais parfait. Lorsqu’il a les yeux fermés la stabilité du sujet est altérée, il va mettre en jeu la contraction de l’antagoniste pour tenter de rétablir un certain équilibre et ne pas tomber.

On remarque également que l’amplitude des contractions est en moyenne plus importante que celle des yeux ouverts

Et le plus dur à réaliser dans ce TP:

c/Position unipodale : L’aspect des courbes est toujours le même mais il est dur de séparer correctement les phénomènes de flexion et d’extension. Le phénomène de bruit est encore plus présent. Le sujet est sur un pied, l’équilibre est donc très altéré et la contraction des muscles antagonistes en même temps et obligatoire pour retrouver l’équilibre. C’est pour cela que la courbe est beaucoup moins nette que les deux précédentes.

On remarque aussi une augmentation de l’amplitude des contractions par rapport au graphe 3.

d.interprétation

Lorsque deux muscles antagonistes sont mis en jeu, il y a une inhibition réciproque.

Expliquons ce mécanisme à l’aide des résultats de nos expériences, plus précisément le graph 3 dans la portion entre 6 et 8 secondes.

Dans un premier temps, le sujet s’est mis sur la pointe des pieds. Le cortex a alors envoyé un message d’excitation destiné au muscle extenseur. Il est passé par la voie centrale, puis par un motoneurone alpha. Ce message a permis sa contraction par le mécanisme expliqué dans l’expérience précédente.

En même temps, ce message était couplé à un message d’inhibition. Ce dernier message est passé par un intermédiaire, un inter neurone, pour arriver au motoneurone alpha jusqu’au muscle fléchisseur ce qui empêcha sa contraction.

Dans un second temps, après le retour pied à plat, le sujet a relevé la pointe du pied vers la jambe. Il y eut alors entre ces deux muscles antagonistes le même schéma que précédemment, mais les messages d’excitation et de blocage furent inversés.

flexionextension mais pas dans ce trikapalanet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.