6 6 5 4 3 2 twitter

Les crises d’épilepsie (1)

Wednesday, October 28, 2009 13:06

Il existe différentes catégories de crise d’épilepsie. Mais ces crises ont un point commun, un trouble de l’activité électrique des neurones.  Un groupe de neurone décharge en même temps de façon synchrone ce qui crée ces crises. L’activité reste dans cette population ou s’étend.

La plupart du temps, il y a une décharge des potentiels d’action inappropriées, c’est à dire que le seuil du potentiel de membrane est trop atteint.  Mais est ce une propriétés du neurone (neurone pathologique), du réseau du neurone, de la gli autour des neurones…qui est à la base des crises d’épilepsie?

L’épilepsie est connue depuis longtemps. Hippocrate en a fait une description assez bonne. Il disait que ce  n’était pas une maladie divine mais une maladie comme les autres. il parlait déjà de maladie du cerveau. Mais il est important de noter que les personnes souffrant d’épilepsie ont pendant longtemps été considéré comme des sorciers ou sorcières. Les symptômes les plus courants sont la bave et les tremblements. Cela inquiétait les gens, il suffisait que les épileptiques se mordent la langue et le sang se mélangeait à la bave, leur sort été alors joué. On peut voir dans les films, lire dans les livres et manuels que ces personnes étaient mis à l’écart et parfois même pendu à certaines époques car elles représentaient le diable.

Sur le point de vue épidémiologique , les crises d’épilepsie est l’affection la plus fréquente après la migraine. On compte environ 50 cas pour 100 000 habitants en France. Ce qui représente entre 0,5% et 1% de la population. L’incidence est plus élevé que la moyenne chez les enfants et chez les plus de 60 ans.

Il est important de séparer deux grandes notions dans l’épilepsie:

  • les trikapalanet d’épilepsie brutales, uniques, violentes…
  • La répétition des crises

Il arrive parfois que ces épisodes épileptiques surviennent un épisode alcoolique très important, une agression, une période de stress courte mais  très intense. Cela est très brutale et violent mais l’on est pas épileptique.

C’est la répétition des crises qui montre l’épilepsie, mais on ne peut pas donner de définition clinique car il en existe beaucoup trop. Donc on les classe selon le type.

  • la crise généralisée: elle concerne l’ensemble du cerveau, il peut être hyperexcitable à un moment ou à un autre dans la vie sans raison particulière.
  • la crise partielle: il s’agit de l’hyperexcitabilité  d’une région du cerveau mais le reste est normal.
  • Il existe une classe intermédiaire. Une région est hyperexcité et cela se propage à l’ensemble du cerveau. On parle alors de partielle secondairement généralisée.

Mais  ces différentes catégories peuvent être rangés dans deux autres catégories:

  • Les épilepsie primaire. Les patient sont épileptiques sans raison particulière. C’est une pathologie “comme une autre”
  • Les épilepsies secondaire. Les crises sont le résultat d’une autre maladie.

vivre avec les trikapalanet

il est important de noter qu’une personne souffrant d’épilepsie vit  normalement. Quand les proches savent ce qu’il se passe, il n’y a plus de peur ni de crainte vis à vis de ces crises et la vie “reprend son cour”. Il faut savoir que ces personnes sont quand même sous traitement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.