6 6 5 4 3 2 twitter

la psychologie clinique(2)

Monday, November 30, 2009 23:30

Le ça est en psychologie un versant très important de nous. En psychologie clinique cela représente le réservoir des pulsions, de la libido. Mais qu’est ce que la libido d’un point de vue psychologique? Ce sont les pulsions sexuelles au niveau psychique qui font que l’on est animé d’un désire de vivre même si celui ci est inconscient. Certaines personnes sont animés d’un désire de mourir, mais pourtant elle ne passe pas à l’acte. Cela est du au fait que leur désire de vivre est bien plus grand qu’elle l’imagine, il est juste inconscient. C’est un désir d’être en contact avec les différents objets de notre environnement.

La libido est aussi ce qui conditionne notre rapport aux autres donc les liens avec les objets.

La création des liens

libido et trikapalanet Lorsque que nous rencontrons un objet, nous projetons sur lui notre libido. Le degrés de libido mis en jeu détermine le degrés du lien que l’on a avec cet objet.

Nous utilisons sans cesse notre libido, avec nos parents, nos amis, nos amants… Un trop plein de libido peut être préjudiciable pour une personne.

En effet lorsque l’on perd un objet, la libido fait retour sur le Moi. Prenons le cas d’une rupture amoureuse en psychologie.

Lors de la rupture, l’autre personne est partie, il ne reste qu’une représentation. Il y a alors une phase d’idéalisation de l’objet, on pense que c’était la meilleur chose qui nous est jamais arrivé, que la vie sans lui est impossible, que personne ne pourra jamais être aussi bien que lui… Il s’agit de la phase de retour de libido.

Lorsque l’on sort du fantasme, la représentation de l’objet disparait et on pense à nouveau qu’il est possible de faire quelquechose sans cet objet. A ce moment il y a deux possibilités:

  • dans un modèle normal la libido va être réinvestit sur un autre objet pour évacuer ce trop plein de libido
  • dans un modèle de délire, la personne ne peut pas complètement se détacher de la représentation de l’objet perdu. elle va alors décompenser et produire un délire autour de la perte de l’objet. En psychologie on parle de délire, cela se traduit par le fait que la libido est toujours sur le moi, elle s’accumule et on parle de stase de libido. Ce délire est une tentative de guérison, la personne réinvestit la libido dans un objet, qui est son délire, de sa réalité psychique. Il y a création d’une néoréalité par le sujet psychologique.

Attention la perte n’est pas forcément celle d’un objet, elle peut être représenté par la perte d’un idéal comme par exemple un idéal de vie qui s’effondre et n’est donc pas “idéal”; d’un échec comme par exemple un échec aux examens, à un entretien d’embauche.

Le moi, le ça et le surmoi et les objets jouent un rôle important les uns par rapport aux autres. C’est un système en mouvement qui permet de tenter d’avoir un équilibre psychique alors que l’on sait qu’en psychologie, nous avons tous un conflit psychique.  Les interactions avec les autres sont très importantes car elles nous permettent de considérer la réalité des objets, mais les interactions avec nous même le sont aussi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.