6 6 5 4 3 2 twitter

La phrénologie du cerveau

Thursday, October 8, 2009 21:19

Tout le monde a entendu parler de la bosses des maths sur le cerveau! C’est l’une des seules croyances qu’il reste depuis l’apparition de la phrénologie du cerveau. Petite explication, la bosse des maths représente une bosse sur le cerveau, les gens qui l’ont seraient très doués pour les mathématiques.

La phrénologie est née avec Franz Joseph Gall, un neurologue allemand du XVIII et XIXème siècle( 1757-1828). Il pensait que lecerveauavait des zones particulières. Il supposait que des parties du cerveau étaient dédiées à une activité, un talent… Mais ceci n’était qu’une idée sur une structure à l’époque quasi inexploré et inconnu qu’est le cerveau.

gall et le trikapalanet

Il désirait étudier les caractères et les capacités des personnes à l’époque dites intellectuelles. Il remarquait par exemple, un homme de lettre avec un très grand front en avant, ou un mathématicien avec une bosse sur la tête… une fois ces personnes “différentes” trouvées, il réalisait un examen qui constituait à palper le crâne de la personne à la recherche d’une particularité sur son cerveau. Une fois la personne morte, il l’autopsiait pour mettre en corrélation ce qu’il avait observé avec la forme et l’ensemble cortex.

A l’époque, c’était devenu une science à la mode. En effet, dès qu’une personne mourait on palpait son crâne puis ses méninges. Gall réussit  ainsi à définir 27 facultés dans le cerveau. Il pensait donc que le cerveau n’était pas unitaire, qu’il était “fragmenté” en portion propre à une fonction.

les zones de Gall sur le trikapalanet

Il faut bien comprendre que ses idées ont été largement critiqué en particulier pour les unitaires, qui pensait que le cerveau est une entité et ne peut être divisé en partie. Beaucoup de religieux, de politiques et de scientifiques se sont opposés à cette théorie sur le cerveau. Les religieux étaient à l’époque, contre toutes idées qui pouvaient regrouper en une seule chose l’âme et le corps. Pour eux ces deux choses étaient bien distincts, alors imaginer que notre âme, notre conscience pouvait avoir une partie bien précise dans notre cerveau n’était pas acceptable. Pour les politiciens, le problème de la “bosse de la politique” se posait. Comment pouvaient ils défendre un idéal de république et d’égalité (il faut noter que nous sommes quelques années après la révolution et la proclamation de la république, il n’y a plus cette idée du roi dominant, mais une idée de mettre tout le monde sur le même rang) si les gens qu’ils défendaient étaient catégorisés par la forme de leur tête. Pour les scientifiques, l’heure est grave! On ne connait encore quasiment si ce n’est rien du cerveau. Chacun a plus ou moins une idée, celle que le cerveau est unitaire par exemple. Alors cette idée de théorie non basée sur des expériences est plutôt difficile à expliquer.

Il faut quand même  noter que Gall a fait avancé la sciences en particulier, les neurosciences. C’est en partie grâce à lui que des grands comme Broca ont eu l’idée d’étudier des parties particulières de nos capacités. pour ce dernier il s’agira du langage, il découvrira une région du cerveau qui porte aujourd’hui son nom et qui est dédié au langage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.